J’aime allaiter…

Je ne veux pas ouvrir le débat pour ou contre l’allaitement. Je pense que chaque maman doit choisir ce qu’elle pense qui est le mieux pour son bébé. Je suis une adepte du «chacun fait bien comme il veut» pour des tas de questions, et l’allaitement ne déroge pas à cette règle.
Je suis contente d’avoir pu allaiter mon grand garçon pendant presque 3 mois. J’aime à penser qu’il n’a pas été très malade après grâce à tous les anticorps qu’il a trouvé dans mon lait. Mais c’est peut être aussi sa nature qui l’a rendu plus résistant. On ne peut pas savoir… J’aurais aimé poursuivre son allaitement avec son entrée en crèche et la reprise du travail. Mais une vilaine intolérance aux protéines de lait de vache a tout chamboulé. Au moment du sevrage, il a commencé à perdre du poids. Lui, qui tétait si bien et qui grossissait normalement jusque là s’est soudain mis à pleurer après les biberons. Il ne les terminait jamais et buvait seulement 120 ml, à un âge où les bébés boivent 180 ml. Il n’y a pas eu d’autres signes «visibles» d’allergie. Pas d’eczéma, pas de vomissements, il avait des selles normales. On a donc mis plus de 10 jours avant de comprendre que le lait ne lui convenait pas. Nous avons du hospitaliser notre petit bonhomme en vue d’une fibroscopie. A ce moment là, je donnais encore 3 tétées, celle du matin, celle du soir et celle de la nuit. Nous sommes sortis de l’hôpital au bout d’une nuit, la fibroscopie prévue n’ayant pas pu se faire à cause de grosses chutes de neige qui avaient coincé le médecin chez lui. Merci la neige !!! Tout ce stress a fait baisser d’un coup ma lactation, nous sommes au même moment passé à un lait spécial pour les intolérances au PLV. Je ne comprends pas qu’on n’arrive pas à donner un gout agréable à ces laits. Ils sont infects, sentent mauvais, bref je me disais qu’il ne voudrait jamais boire ça. Mais si, lui il trouvait ça pas mauvais. Et très vite il a repris quelques grammes et moi j’ai définitivement cessé de l’allaiter. Ce sevrage a été brutal, surtout pour moi. Lui il n’a pas eu l’air de trouver ça difficile, heureusement. Nous avons pu réintroduire le lait de vache après ses 12 mois et maintenant il n’a plus aucun problème avec. Je pense que cet épisode fait qu’aujourd’hui il ne pèse que 15 kg du haut de ses 105 cm… Il est toujours dans le bas de la courbe de croissance. Cette tendance à la minceur, il ne la tient pas de moi, dommage…

allaitement1 (1)Pour les jumeaux, je me suis vite demandé au cours de la grossesse s’il serait possible de les allaiter tous les deux, exclusivement. J’ai vu des reportages, j’ai lu des articles de blog, j’en ai parlé à la sage femme. Évidement que c’était possible… Youpi, il ne manquait plus que les bébés arrivent pour qu’on essaye… Dès la naissance on a fait une mise au sein et ils ont tous les deux très bien tété. C’est au bout d’un jour à la maternité que ça s’est compliqué. Isaq, avec ses 2,200 kg devait prendre du poids rapidement. On lui a donc donné un complément, à la seringue au début puis au biberon ensuite. Amel, avait perdu presque 10 % de son poids, il fallait aussi compléter les tétées par des petits biberons jusqu’à ce qu’elle prenne un poids convenable. Du fait de l’intolérance au PLV de leur frère, ils ont eu un lait spécial car ils allaitement1sont susceptibles d’avoir les mêmes soucis. J’ai quand même privilégié les tétées au sein, les biberons étant vraiment pris en complément. Amel a vite repris du poids donc nous sommes passé au sein exclusivement. Isaq, bien que vite revenu à un poids correct, s’est habitué à ses petits biberons de complément, il en réclamait souvent après les tétées. On a donc gardé ce rythme qui lui convient très bien.
L’allaitement des jumeaux est un peu sportif. Pour plus de facilité, on peut leur donner le sein en même temps. Encore faut il qu’ils aient faim aux mêmes moments. La mise en place des tétées doubles s’est faite assez rapidement, on prend vite le coup de main. Et puis c’est deux fois moins de temps passé à leur donner à manger ce qui n’est pas négligeable ! J’essaye de leur donner le sein de cette façon au moins une fois par jour.

OCTOBRE 2013

Depuis une semaine nous sommes passés en allaitement mixte. J’alterne sein et biberon pour chacun. Le soir quand j’ai l’impression qu’il reste du lait, j’utilise le tire-lait pour un des biberons du lendemain. Ça fonctionne bien comme ça et j’en suis très heureuse et pas du tout frustrée.

allaitement

Cet allaitement, différent du premier me comble tout autant. Il y a toujours ces longs regards échangés pendant la tétées. Je me sens comme dans une bulle avec eux. Et quand ils tètent le sein gauche, j’ai ma main droite de libre et je peux twitter !

Sur le sujet, voici un article rigolo d’une twitteuse que j’aime bien !http://mamanyoupie.wordpress.com/2014/01/04/payes-tes-boobslactes/

Advertisements

5 réflexions sur “J’aime allaiter…

  1. C’est gentil 😉
    Ce qui est top c’est de voir qu’allaiter c’est pas une seule manière de faire,on peut allaiter librement,comme on l’entend et quand on veux/peux et ça c’est génial car je crois que pas mal de personnes ont peut d’être enfermées la dedans malheureusement !
    En tout vas bravo! 😉

    • Oui c’est ça, c’est un choix personnel et je comprends tout à fait celles qui décident de ne pas allaiter. Et puis je pense avoir la chance que tout se passe bien aussi, ça aide à trouver ça génial !

  2. Je ne rebondis pas sur l’allaitement vu que c’était pas fait pour moi ce truc…
    Juste pour dire qu’ils sont ❤ ❤ ❤ (mais style vraiment, quoi !!)

  3. Pingback: Un dernier petit nuage de lait… |

Un petit mot sur ce billet ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s