Dites A

Juste après la rentrée scolaire de septembre, nous avons eu notre première réunion parents-prof.
J’étais assez curieuse de découvrir l’univers de l’école maternelle, univers dans lequel mon petit va baigner pendant 3 ans… Impatiente de rencontrer aussi la maitresse, cette femme qui va devenir, en quelque sorte un «modèle» pour mon petit bonhomme. Très intéressée également par les autres enfants (et les parents aussi) qui allaient devenir ses copains d’école, peut être même ses amis d’enfance qui vont se suivre pendant toute leur scolarité.
J’ai tout aimé ! Aurélie, la maîtresse, est exactement comme je me l’étais imaginée. Jeune, dynamique, connectée sur internet et surtout très à l’écoute des enfants et des parents. La classe est une belle classe de maternelle, avec des ateliers, des livres, des jouets, de la peinture… Retour en enfance, l’école (au sens figuré) n’a pas changé. Je me revois 30 ans en arrière. Mêmes jeux, mêmes apprentissages, mêmes traditions…

Et lors de cette fameuse réunion, Aurélie nous a présenté le programme de l’année. Rien à voir avec un programme surchargé de collégien.
Au cours de cette année scolaire, la «petite section, classe 6» a 3 objectifs majeurs :

Savoir reconnaitre/lire son prénom en lettres majuscules
Compter jusqu’à 3
Apprendre à aimer l’école

Aux vacances de la Toussaint, la première mission était remplie. Maintenant, Adil reconnait son prénom et met son étiquette au tableau de présence sans l’aide de la photo.

Après des débuts hésitants, il sait compter jusqu’à 3 et parfois plus, jusqu’à 5. Longtemps nous avons eu droit à cette suite de chiffres : 1 – 2 – 4 – 6 – 9 – 14

Et après 2 mois hésitants, quelques pleurs, beaucoup de «Mais moi j’aime pas l’école, je veux pas l’école» et de nombreux «J’ai pas de copains à l’école», notre petit élève de première année se rend avec joie dans sa classe. Il a déjà été invité chez un copain de sa classe, qui est aussi venu à la maison. Il y a une «fille» qui est sa copine préférée et qui le protège apparemment dans la cour. Et il veut se marier avec l’assistante de la maitresse….

Il sait aussi nommer toutes les lettres qui composent son prénom. Et dès qu’il voit une de ces lettres quelque part il le dit.
Le A collé à l’arrière des voitures, c’est la lettre qu’il retrouve le plus souvent.
Et depuis peu, il sait dessiner ces 4 lettres ! Encore une fois, je trouve que ça va vite, très vite…

tableau01

 

Publicités

4 réflexions sur “Dites A

  1. Oui, ça passe vite… C’est marrant les différences entre la France et l’Allemagne. Ici, on ne parle pas d’école.. ce n’est vraiment que le jardin d’enfants et il n’y a pas vraiment de programme ou de buts clairement définis. Les enfants sont pris en charge et les éducatrices surveillent les capacités des enfants au cours de l’année. A la fin de l’année, on a un rendez-vous et on passe en revue ce que l’enfant sait faire ou pas, mais c’est tout. Donc le développement est surveillé mais pas aussi encadré qu’en France je trouve…

    • Tu n’es pas la première à me faire cette réflexion. Au Québec aussi, avant 6 ans on ne parle pas d’école. Ici je trouve qu’on met vite les enfants dans le bain de la scolarité. La transition avec la crèche me faisait peur d’ailleurs. On a droit à un petit bilan avant chaque période de vacances. Pas de notes encore, ouf…

      • C’est comme la rentrée des classes… en France, c’est L’EVENEMENT! en Allemagne, on en parle même pas…

  2. Pingback: Bye bye la maternelle… | Dans chaque petite chose il y a un ange...

Un petit mot sur ce billet ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s